Vitrac

logo du site
  • Vitrac
  • Vitrac
  • Vitrac
  • Vitrac
  • Vitrac
  • Vitrac
  • Vitrac
  • Vitrac

Accueil du site > Commune > Histoire

Histoire

Le nom de Vitrac, Vitracum (1280) pourrait, selon Dauzat, venir du patronyme gallo-romain Victorius suivi du suffixe acum.
armoiries On ne possède que peu de renseignements sur Vitrac avant le XVIIe siècle. La paroisse avec son église romane dédiée à Saint Patrocle est d’origine ancienne, le curé était nommé par le chapitre Saint Amable de Riom. Le territoire était divisé en plusieurs petites seigneuries, dont on connaît assez mal la succession des possesseurs. On ne peut citer sur elles que quelques détails isolés. Ainsi, on voit en 1260 les seigneurs de Gouzet et des Heyrolles rendre hommage à Alphonse de Poitiers, apanagiste de la terre d’Auvergne ; de même, en 1250, J.BOS pour la Vareille qui au XVIe siècle appartenait aux de Champs et fut vendu en 1774 pour 12 900 livres à Guillaume Costilles, notaire à St-Dier. Plamont appartenait depuis longtemps semble-t-il aux du Peyroux et depuis 1661 était réuni à la seigneurie de la Barge. Enfin, à la Pradelle, il y eut un château féodal complètement disparu, probablement sous la révolution.

XVIIIe Siècle

En 1742, Vitrac fut ravagé par un incendie qui se développa tragiquement parce que "tous les chefs de famille dudit village étaient à la foire aux Ancizes". Vers 1770, et pendant plusieurs années, le subdélégué de l’intendant à Riom eut un correspondant habitant Vitrac, Jurie, pour quatre paroisses : Vitrac, Queuille, Saint-Angel et Lisseuil. En 1784, lors de la dernière visite épiscopale avant la révolution, on comptait 260 communiants dans la paroisse qui n’avait pas de fabrique. Le curé, à la portion congrue, bénéficiait d’une fondation de 35 livres. L’église avait été réparée de 1744 à 1777 et le presbytère en 1776.

La révolution

En 1791, Armand, curé, prêta serment à la constitution civile du clergé. En février 1793, lors de la levée de 300 000 hommes décrétée par la convention, la commune dut en fournir 10 : leurs noms sont conservés : parchemin

MICHEL LAURE
MARIEN ASTIER
MARIEN PELISSIER
PIERRE LANAREX
FRANCOIS ECLASSE
GUILLAUME MARTELLE
JEAN LAMOUROUX
MICHEL AUBIGNAT
PIERRE BERTRAND
GERVAIS DELARBRE
Ils prirent la route de Lyon en septembre 1793.
Aucun incident notable n’est signalé pendant la révolution. Vitrac était un simple village peuplé de modestes paysans comme le montre la lettre reproduite.

Le XIXe siècle

Ce fut une période calme, voire somnolente, marquée surtout par le déclin démographique”. J.B. Bouillet dans son dictionnaire des communes du Puy-de-Dôme fait un tableau économique de la commune.
Il n’existe, dans la commune de Vitrac, aucun domaine affermé à prix d’argent, ou exploité par des colons : chaque propriétaire cultive ses champs. La population est essentiellement agricole. Quelques habitants s’occupent du blanchissage des toiles ; d’autres conduisent du bois à brûler et des cercles pour la futaille à Riom ; d’autres, une dizaine d’ouvriers maçons émigrent annuellement. Trois moulins avec foulons, sans importance, fonctionnent pour les besoins de la localité. L’église succursale dédiée à Saint Patrocle est en partie romane, mais présente peu d’intérêt architectural... L’ensemble de la commune est peu boisé : des taillis essence chêne on retire du bois de chauffage. Les futaies essence hêtre sont de mauvaise venue et d’un rapport presque nul. Une ordonnance du roi du 16 avril 1843 a soumis au régime forestier les bois dits La Faye et des Côtes appartenant à la section de Vitrac”.



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP